LOADING

Type to search

Wendy Okolo, la première femme noire à décrocher un doctorat en génie aérospatial !

Culture

Wendy Okolo, la première femme noire à décrocher un doctorat en génie aérospatial !

CulturEbene 22 février 2019
Share

Le Nigeria est connu pour ses génies qui brisent presque toujours les barrières dans divers domaines socio-professionnels. Ces Nigérians ont placé leur pays sur la carte et aux yeux de la communauté mondiale avec leurs talents incroyables.

Une jeune femme nigériane du nom de Wendy Okolo est devenue la première femme noire à obtenir un doctorat en génie aérospatial. Cette jeune femme âgée de 30 ans, née d’une famille de six personnes, a entrepris sa carrière à la NASA, une agence américaine chargée du programme spatial civil et de la recherche aéronautique et aérospatiale.

Elle a obtenu son baccalauréat et son doctorat à l’Université du Texas à Arlington en 2010 et 2015 respectivement. Okolo n’avait que 26 ans lorsqu’elle est devenue la première femme noire à obtenir un doctorat en génie aérospatial de l’Université du Texas à Arlington.

Mais Okolo avait déjà fait des vagues avant, au cours de ses études de premier cycle, elle faisait partie de la African Student Society de l’Université du Texas à Arlington. Elle était également présidente de la société des femmes ingénieurs de l’université.

Suite aux découvertes de son compte Linkedin, elle a également effectué un stage chez Lockheed Martin, où elle a travaillé sur la sonde spatiale Orion de la NASA. Elle a d’abord travaillé dans le bureau de gestion des exigences en ingénierie des systèmes puis avec l’équipe Mécanismes de Hatch en ingénierie mécanique. Après avoir obtenu son diplôme, Okolo a occupé un poste de chercheur d’été de 2010 à 2012 au sein de la branche Conception et analyse des contrôles du laboratoire de recherche de la Force aérienne, à la base aérienne Wright Patterson.

Selon TheCabel, Okolo a raconté qu’elle avait piloté l’avion le plus rapide au monde, qui volait d’un océan à l’autre en 67 minutes. Elle a déclaré: «J’étais persuadée que ces gars-là étaient si intelligents. Qu’est-ce que je vais rapporter? J’ai commis une erreur dans le code des systèmes et je l’ai corrigée, ce qui a permis de réparer le syndrome de l’imposteur pendant un moment.”

Cette femme de 30 ans est maintenant ingénieur en recherche aérospatiale au Centre de recherche Ames, un centre de recherche majeur pour la National Aeronautics and Space Administration dans la Silicon Valley.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *