LOADING

Type to search

Cameroun: les importations de poissons ont connu une baisse de l’ordre de 55% entre 2016 et 2017

Business

Cameroun: les importations de poissons ont connu une baisse de l’ordre de 55% entre 2016 et 2017

ActuCameroun 4 mars 2019
Share

4 Mar 2019

Selon le gouvernement, c’est le résultat d’une série d’actions initiée en faveur du développement de l’aquaculture.

Les importations de poissons ont connu une baisse de l’ordre de 55% entre 2016 et 2017. L’information a été donnée par le ministre de l’Elevage, des Pêches et des Industries animales, le Dr Taiga. C’était au cours du Conseil de cabinet du mois de février présidé par le premier ministre, Joseph Dion Ngute à l’immeuble principal abritant ses Services.

Selon le ministre de l’Elevage, cette régression des importations est due à l’augmentation de la production locale pendant cette même période. «Cette tendance à la baisse devrait se maintenir, au regard des actions engagées en faveur du développement de l’aquaculture et de la diversification des sources alimentaires», peut-on lire dans les colonnes du quotidien Cameroon tribune édition du vendredi 1ermars 2019.

«Les données du ministère des Finances montrent que le déficit a été résorbé pour au moins 52 milliards de F entre 2016 et 2017», révèle le Dr Taiga. Cependant, les importations demeurent importantes. La demande intérieure est estimée entre 45 000 et 500 000 tonnes pour un déficit de l’ordre de 230 000 tonnes.

Au sujet des contraintes liées à la production de poisson au Cameroun, le ministre de l’Elevage cite «la pénurie des ressources halieutiques du fait de la position géographique du Cameroun et l’absence des courants fertiliseurs entrainant ainsi une faible disponibilité de la ressource et partant, une affluence relative des investisseurs dans ce secteurs d’activité».

Et en ce qui concerne l’aquaculture, le Dr Taiga soutient qu’elle demeure «artisanale en raison de la qualité approximative des intrants, des difficultés de commercialisation des produits issus de l’aquaculture et du déficit de la qualification des ressources humaines».

Plusieurs mesures sont prises afin de réduire la dépendance du Cameroun en poisson importé. Il s’agit «d’accélérer la vulgarisation à large échelle des techniques de l’aquaculture et réorganiser les structures d’encadrement de pêche, notamment les stations aquacoles, les centres de pêche et les postes de contrôles de pêche», indique Cameroon tribune. Il sera aussi question de «construire des points de débarquement aménagés comprenant des dispositifs de conservation et de commercialisation des produits de la pêche et l’installation des nationaux dans les zones de pêche».

Selon des révélations faites par le ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana au cours du Conseil de cabinet du mois de janvier dernier, sur la période allant de 2015 à 2017, le Cameroun a dépensé 448 milliards de FCFA pour l’importation des poissons et crustacés.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *